Guerre dans l’est : une marche des femmes congolaises pour « dénoncer un génocide »

Kinshasa, 14 février 2024 (ACP).- Une marche de dénonciation des atrocités de guerre dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) par le Rwanda et ses complices M23 et  qui s’apparente  à un génocide, a été organisée vendredi à Kinshasa, par les femmes de différents secteurs, a constaté ACP.

« des Institutions publiques, des Entreprises publiques et privées, de l’Administration publique, des Organisations de la Société civile, des Confessions celigieuses, des Corporations syndicales et des Partis politiques,

« Nous, femmes et jeunes filles (…)ainsi que des hommes engagés dans la Masculinité positive , tous mobilisés comme un seul homme sous le leadership du ministère du Genre, Famille et Enfant, sommes touchés par l’ampleur du bilan de plus de 12 millions de morts qui s’apparente à un génocide causé par ces guerres depuis plus de 22 ans et ce, dans l’indifférence la plus totale de la Communauté internationale », a fait savoir Mireille Masangu Bibi Muloko, ministre du Genre, dans le mémo déposé à la Présidence à l’issue de  cette marche pour la paix.

Cette corporation s’est dit soucieuse des « conditions infrahumaines dans lesquelles vivent leurs compatriotes de l’Est, dénonçant également le déplacement continuel de nombreuses familles, le viol des femmes et jeunes filles, l’abandon des enfants dans les rues ».

Les femmes se sont dits, pour leur part, conscientes du rôle conféré à la femme par la Résolution 1325, qui est celui de s’impliquer dans la résolution des conflits et la recherche de la paix.

Elles se sont dit enfin étonnées « du silence coupable de la Communauté Internationale, alors que de l’autre côté de l’Europe Orientale, la même Communauté se solidarise et se mobilise pour non seulement dénoncer la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine, mais aussi pour apporter à de l’appui logistique, matériel et financier ».

« Tant qu’il y aura la guerre à l’Est du pays, les femmes se lèveront toujours» (Ministre du Genre)

La ministre du Genre (3ème de d. à g.)

« Tant qu’il y aura la guerre à l’Est du pays, les femmes se lèveront toujours pour marcher, dénoncer et encourager le gouvernement à prendre ses responsabilités pour que la paix règne à travers le pays »; a écrit en outre la ministre du Genre dans le mémo.

Plusieurs résolutions ont été prises notamment la célébration de la Journée Internationale des Droits de la Femme, pour l’année 2024, dans une attitude de deuil pour compatir avec les compatriotes, victimes de toutes ces guerres injustes.

Le Ministère du Genre, Famille et Enfants a également mis en place une commission chargée de collecter des dons en espèce, en vue d’apporter une assistance aux femmes et jeunes filles, aux enfants non accompagnés et aux familles déplacées à Goma dans le cadre du mois des droits de la femme.

Cette marche pour réclamer la paix et la solidarité envers les Congolais à laquelle ont participé les organisations de la société civile et de défense des droits des femmes, a été initiée par la ministre nationale du genre.

Elle est partie de la Gare centrale, pour chuter au Palais de la Nation dans la commune de la Gombe un mémorandum a été déposé. Les manifestants étaient habillés en tenue noir, avec comme slogan «Le Congo restera un et indivisible».

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet