« Holocauste au Congo » : la guerre d’agression expliquée aux étudiants en journalisme

Kinshasa, 20 mars 2024 (ACP).- Le silence de la communauté internationale sur la guerre d’agression dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) a été expliqué mercredi par Charles Onana, auteur de « Holocauste au Congo », dans une conférence-débat animée à l’Université des sciences de l’information et de la communication (Unisic) à Kinshasa.

« Ce que j’ai trouvé dans mes recherches comme grave sur la crise à l’Est de la RDC, c’est notamment   l’imposition par la communauté internationale des réfugiés rwandais sur le sol congolais en 1994, les revendications de la communauté Banyamulenge sur l’obtention de la  nationalité congolaise en 1996 et les stratégies du Rwanda sur les multiples négociations, tout en pillant les richesses du Congo », a fait savoir le journaliste  d’investigation et chercheur franco-camerounais.

Il a, à ce sujet déploré le comportement de la communauté internationale qui ne condamne pas le pays agresseur du Congo.

« Cependant, la communauté internationale ne condamne pas le Rwanda  pays agresseur, ni plus des 10.000.000 de morts et de viols . Vous les Congolais , ne vous laissez pas faire et ne vous victimisez pas, mais levez- vous comme un seul l’homme et prenez courage de dire non à la balkanisation de la RDC », a insisté Onana.

Soutien aux idées de Charles Onana

Pour sa part, le Professeur Jean Chrétien Ekomba a dans le même contexte   soutenu l’idée de l’auteur de  » Holocauste au Congo »   en s’appuyant sur son ouvrage « Le Congo Zanzibar de Stanley » dans lequel il a retracé l’histoire du Congo depuis l’arrivée du Stanley au Congo.

Il a démontré que le silence de la communauté sur le méfait du Congo date de deux siècles.

« Stanley comme journaliste reporter n’avait  pas dit qu’il était le pouvoir protégé des Américains sur le sol congolais et il n’avait jamais écrit que les Américains coopéraient avec  le Zanzibar sur le commerce négrier », a dit le professeur Ekambo.

Le recteur Richard Kambayi Buatshia de son côté, a appelé les étudiants ,  futurs professionnels des médias à dénoncer , dans l’exercice de leur métier, les manœuvres de la communauté internationale sur la Balkanisation de la RDC.

L’Unisic avait organisé le 08 Mars dernier une conférence du genre au profit des étudiants. La conférence était animée par la journaliste belge, Colette Braeckman.

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet