Ituri : la justice appelée à être « irréprochable » pour l’exécution de la peine de mort (Un cadre du MLC)

Bunia, 17 mars 2024 (ACP).- L’appareil judiciaire congolais est appelé à être ‘’irréprochable’’ pour  l’exécution de la peine de mort pour laquelle le gouvernement de la République a levé le moratoire, a estimé un cadre du Mouvement de libération du Congo (MLC) de l’Ituri, a appris dimanche l’ACP.

 « La justice censée gérer une telle décision ne devrait pas être celle qui est qualifiée de  » malade ». J’emprunte le mot au magistrat suprême. Et donc cet outil doit être confié à une justice qui inspire confiance à tous les justiciables », a déclaré Emmanuel Bahati Kukwabo cadre du MLC de la fédération de la province de l’Ituri au nord-est de la République Démocratique du Congo, dans un entretien exclusif.

A lui de renchérir : « l’appareil judiciaire doit être irréprochable pour avoir accès à cet outil aussi délicat« .

Dans le contexte de l’Ituri, il a signifié que c’est peu probable que cette mesure puisse avoir des effets dissuasifs sur les groupes armés qui déstabilisent cette jeune province depuis décembre 2017.

« Effets dissuasifs sur les groupes armés en Ituri ? Il est peu probable qu’il en soit ainsi. En effet,  ceux qui ont déjà tout perdu ont tendance à soutenir qu’ils n’ont plus rien à perdre. Ainsi, en prenant les armes, ils savent qu’ils périront par les armes« .

D’après lui, il serait mieux de travailler sur les mentales de jeunes œuvrant dans les différents groupes armés afin qu’ils adhérent au P-DDRCS, pourvu que ce programme soit à même non seulement de prendre en charge les démobilisés mais également de faciliter leur insertion dans leurs communautés respectives à travers de formations pouvant leur permettre d’organiser des activités génératrices de revenus.

En revanche, de manière générale, a laissé entendre Emmanuel Bahati, cette décision prise par le  gouvernement de la République est une bonne chose dans ce contexte où le pays fait face à l’agression rwandaise pour sanctionner les traîtres à la solde du régime de Kigali.

« La levée du moratoire sur la peine de mort est une bonne chose compte tenu du contexte d’agression dont notre pays est victime. En particulier, les cas de traîtrise doivent être punis sévèrement« , a-t-il martelé.

Concernant l’opportunité de la prise de cette, Emmanuel Bahati a signifié : « opportunité de lever ce moratoire ? Oui, il y avait effectivement l’opportunité. En effet, dans le contexte où nos forces armées et de la sécuritaire montent en puissance face aux agresseurs étrangers, il faut dissuader les compatriotes indécis qui seraient tentés de rejoindre nos agresseurs. Mais pour ceux qui y sont déjà, ils méritent bien la peine de mort. Tandis que les indécis réfléchiront par deux fois avant de rejoindre la rébellion« .

A lui de conclure : « la vie humaine est sacrée. Nul ne peut se permettre d’ôter la vie d’un paisible citoyen. Ceux qui se permettent de le faire devraient subir le même sort. Dans ce sens, la levée du moratoire vient combattre le risque d’impunité et du laxisme. En revanche, l’appareil judiciaire doit être irréprochable pour avoir accès à cet outil aussi délicat« .  ACP/ C.L

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet