Présidentielle: apaisement et acceptation des résultats en RDC et en Afrique

Kinshasa, 02 janvier 2024 (ACP).- Les résultats provisoires de la présidentielle de décembre en République démocratique du Congo ont été globalement acceptés mardi par le peuple congolais, les observateurs, les pays frères d’Afrique et la communauté internationale malgré des cris de l’opposition qui est dans son rôle.

Lundi, les Congolais ont célébré le nouvel an dans tous les coins de la République, sans un incident sécuritaire majeur, au lendemain de la publication apaisée des résultats provisoires de la présidentielle remportée par le président Félix Tshisekedi.

A Matadi, six personnes d’une famille sont mortes après un glissement de terrain qui a fait écrouler leur maison, sans un lien avec les résultats électoraux publiés dimanche.

Pour sécuriser les personnes et leurs biens et lutter contre des rumeurs folles qui faisaient état d’un « chaos électoral » , des forces de défense (militaires et policiers) ont été déployées la veille des scrutins, dans la capitale Kinshasa, tout comme dans d’autres villes, dont Lubumbashi qui a reçu la visite du vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur dépêché par le gouvernement pour rassurer ses habitants.

Plusieurs chefs d’Etat, à commencer par le président de l’Union africaine (UA), le Comorien Azali Assoumani, les voisins zambien, tanzanien et ougandais ont félicité le président réélu, sans attendre le verdict de la Cour constitutionnelle.

Les Etats-Unis ont pris « note » des résultats provisoires publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni). La présidence sud-africaine a indiqué que le président Cyril Ramaphosa a félicité son homologue réélu tout comme le Kenyan William Ruto.

« Les autres chefs d’Etat attendent la publication des résultats définitifs par la Cour constitutionnelle, pour se prononcer c’est-à-dire pour féliciter le président réélu« , a réagi un diplomate africain en poste à Kinshasa depuis plusieurs années.

Les différentes missions d’observation électorales ont également accepté ces résultats trouvant qu’ils sont conformes à ce qu’ils avaient observé, mais ont déploré les ratés et violences enregistrés à certains endroits.

« Le constat est que tout le monde est d’accord sur le fait que les standards ont été globalement respectés et la tendance sortie des urnes est corroborée par le calme de la population qui vaque librement à ses occupations« , a fait constater l’expert électoral congolais Moïse Musangana.

Etant dans son rôle, l’opposition cristallisée désormais autour de neuf candidats à la présidentielle a appelé à l’annulation des scrutins à cause des ratés reconnus d’ailleurs par la Céni.

« Ce résultat est inattaquable« , a réagi l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito, opposant et candidat à la présidentielle qui arrive à la 4ème position.

Il a accusé ses pairs de vouloir créer des conditions pour négocier avec le président réélu Tshisekedi. « Une stratégie bien connue« , a analysé auprès de l’ACP, le diplomate africain cité précédemment.

La RDC a organisé son 4ème cycle électoral pluraliste après 2006, 2011 et 2018. Selon la Céni, 64.196 bureaux de vote ont ouvert sur les 75.478 prévus

En 2023, il n’y a pas eu d’incidents majeurs contrairement aux cycles précédents, excepté 2018, à la publication des résultats.

Pour ces élections, la Céni avait prévu 75.478 bureaux de vote pour recevoir près de 44 millions d’électeurs inscrits avec 101.000 candidats pour les 4 scrutins présidentiel, législatifs national et provincial ainsi que les municipaux.

Face à ce tableau plein d’espoir, les Etats-Unis ont invité les contestataires à s’inscrire dans la logique du respect des lois en lien avec l’organisation des élections en RDC, en évitant toute forme de contestation.

L’appel de l’ancien président de la Céni, Corneille Nangaa, qui a rejoint les terroristes du M23 pour donner un visage congolais à ce mouvement dans son entreprise de déstabilisation du pays et des institutions, n’a trouvé aucun écho dans le Congo réel. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet