RDC : appel à l’unité pour la cessation des hostilités dans l’Est

Mme Chouchou Nsombo Kapinga de la fondation NSK

Kinshasa, 2 mars 2024 (ACP).- Un appel à l’unité pour la cessation des hostilités dans l’est de la République démocratique du Congo a été lancé samedi à Kinshasa, aux autorités du pays, lors d’une marche de protestation contre le génocide perpétré par le Rwanda sous couvert des rebelles M23.

« Nous faisons appel à l’unité et à la solidarité nationale ainsi qu’internationale pour la cessation des hostilités dans l’est de la République démocratique du Congo », a déclaré Mme Chouchou Nsombo Kapinga, présidente de la fondation qui porte son nom (NSK).

« Nous profitons de l’occasion de ce mois de mars, dédié aux droits des femmes, pour exprimer notre désolation face à la situation d’insécurité qui prévaut dans l’est du pays », a-t-elle ajouté.

Mme Nsombo et plusieurs autres centaines de personnes habillées en noir en signe de deuil, ont manifesté devant l’entrée principale du Palais du peuple, siège du parlement congolais, pour exprimer leur compassion envers les victimes des violences dans l’est de la RDC.

Peu après, une délégation de la fondation NSK conduite par son secrétaire général Vital Tshiasuma, avait été entendue par le Major Fidèle Kipoyi, commandant de la garde statique de l’Assemblée nationale, avant d’informer le cabinet du président du bureau provisoire de cet organe délibérant, Christophe Mboso N’Kodia, sur le dépôt d’un mémorandum pour la paix.

Aussitôt informé de cet événement, le président du bureau d’âge de l’Assemblée nationale, à travers son cabinet, a donné des instructions pour que cette activité à caractère national soit reportée au 4 mars 2024 à 14 heures pour lui permettre de recevoir ce mémorandum écrit par la fondation NSK.

Cette manifestation qui a commencé à partir de pont Cabu (communes de Kinshasa et Kalamu), a connu comme point de chute le Palais du peuple, siège du parlement congolais.

ACP/KKP

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet