RDC-justice : la défense d’un opposant détenu accusée de « diffamation »  et d’ »amalgame »

Bruxelles, 16 juillet 2023 (ACP).- L’ambassade de la République démocratique du Congo en Belgique  a dénoncé, samedi dans un communiqué, l’amalgame entretenu par la défense de l’opposant Salomon Kalonda, qui a sorti volontairement de leur contexte, en versant dans la diffamation, des propos de Félix Tshisekedi tenus le 25 juin dernier à Mbuji-Mayi.

 «  (…) Lors de son adresse à caractère essentiellement patriotique, le président Félix Tshisekedi (…)avait réaffirmé sa détermination à protéger l’intégralité territoriale de la RDC durant son mandat à la tête du pays.  Ces déclarations du Chef de l’Etat ont été sorties de leur contexte par la défense de Salomon Kalonda ,associée au Collectif des avocats congolais, désignant le président Tshisekedi d’être le donneur d’ordre et auteur intellectuel des exactions contre les personnes et leurs biens », a indiqué la mission diplomatique, dénonçant les « allégations abjectes » portées par  l’avocat  belge Deswaef contre le président congolais, lors de sa conférence de presse du 13 juillet à Bruxelles.

L’ambassade de la RDC reproche à cette défense de Salomon Kalonda de « faire des amalgames regrettables en rapprochant les propos du Chef de l’Etat à un certain nombre de faits liés à la sécurité des citoyens congolais », alors que les autorités du pays ont décidé de recourir à l’expertise judiciaire internationale, pour la manifestation de la vérité dans la disparition de l’ancien ministre des Transports, Chérubin Okende.

La mission diplomatique congolaise se réserve le « droit d’introduire toute procédure utile, en vue de voir reconnaitre le caractère diffamatoire et calomnieux de ces accusations sans fondement et qui sont de nature à mettre en péril la cohésion nationale en République démocratique du Congo », a conclu le communiqué.

Mis aux arrêts le 30 mai dernier et transféré  à l’auditorat militaire le 10 juin, Salomon Kalonda, conseiller de l’opposant Moïse Katumbi et cadre de son parti « Ensemble pour la République »,  est accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Ce dernier, qui a annoncé sa candidature à la Présidence de la République aux scrutins du 23 décembre prochain, a sollicité les services de deux avocats belges pour défendre Salomon Kalonda, aux côtés d’un collectif d’avocats congolais.

ACP/CL

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet