Kinshasa: la déontologie policière rappelée aux troupes du groupe mobile d’intervention

Kinshasa, 30 janvier 2024 (ACP).- La déontologie policière a été rappelée aux troupes du groupe mobile d’intervention basée au centre de ville de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, lors d’une causerie morale, organisée mardi, par le commissaire supérieur qui en assure le commandement.

« Le policier n’est pas n’importe qui. C’est un responsable qui agit selon les lois du pays. Il sait interpréter les textes qui régissent sa nation. Il doit chercher à savoir si la loi permet de poser tel ou tel acte vis-à-vis de la population»,
 a martelé Faustin Numbi, commandant du groupe mobile d’intervention Kinshasa centre.


Et d’ajouter: « La loi portant statut du personnel de carrière la police dit clairement que toute personne recrutée dans la police doit avoir au moins un diplôme d’Etat. Cela veut dire tout simplement qu’un policier doit savoir réciter au moins 6 articles de notre constitution. Il ne peut pas se permettre de se comporter outre le règlement comme on le voit à travers les réseaux sociaux. Ce n’est pas normal que vous puissiez tracasser la population que vous êtes censés protéger ».

Le commissaire supérieur Numbi a également saisi l’occasion pour dénoncer les bavures policières devenues monnaies courantes dans les agissements des forces de l’ordre. « Ayez une attitude de professionnelle. Votre mission est de sécuriser la population et ses biens. On vous le répète chaque fois. C’est regrettable qu’à chaque mission qui vous est confié qu’il y aie toujours des bavures. Brutalité ou extorsion? », a-t-il insisté.


Et de poursuivre : « N’est-ce pas qu’on vous appris les gestes techniques d’intervention policière ?  On vous a déjà expliqué les parties du corps d’un individu où vous devez vous abstenir de porter des coups. S’il faut menotter vous pouvez le faire et vous l’acheminer devant un officier de police judiciaire. Je ne vais plus voir de pratiques violentes».


Prenant exemple sur l’incident qui s’est produit à Masina, où la mauvaise manipulation d’une arme à feu à causer la mort d’un policier, il les a également mis en garde contre l’usage des caméras des téléphones androïdes pendant les opérations policières. «Je vous interdit également de filmer les actions des opérations que vous menez. Tous les récalcitrants seront mis aux arrêts », a-t-il dit.

Les bavures policières sont souvent dénoncées par la population à chaque fois que des unités de la police sont déployées dans les quartiers de la ville de Kinshasa dans le cadre des opérations de bouclage ou des patrouilles nocturnes. Le commandant de la police nationale ville de Kinshasa, le commissaire divisionnaire adjoint Blaise Kilimbalimba, ne cessent de rappeler ses hommes à l’ordre contre ces pratiques. Il en a interpellé plusieurs au cours d’un bouclage organisé dans la nuit du 15 au 16 janvier dans la capitale.

ACP/Kayu

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet