Kinshasa: reprise timide des activités au lendemain de la fête de nouvel an

Kinshasa, 2 janvier 2024 (ACP).- Les activités ont repris de manière timide mardi, à Kinshasa en République démocratique du Congo, après la fête de nouvel an, a constaté l’ACp à la suite d’une ronde.

Au centre-ville tout comme à la cité, seulement quelques magasins ont ouvert leurs portes. Les espaces et les alimentations qui refoulaient du monde, sont pratiquement désertés. On y a vu à peine quelques clients.

« Je fais le tour du marché pour acheter les pains, mais il n’ y en a pas. Les boulangeries et le dépôt des pains sont fermés, nous allons nous contenter à manger autre chose ce matin », a déclaré Gloire Matondo, habitant la commune de Mont-Ngafula.

« J’ai étalé ces quelques vêtements puisque mon stock n’était pas fini. Je ne crois pas réaliser une bonne vente après les fêtes, mais je tente quand même »,  a dit Hélène Nsimba, vendeuse de friperie au marché Mitendi.      

Aux arrêts de bus, les conducteurs sont à la recherche des clients, car les foules de personnes qui s’observaient la veille des fêtes de nativité et de nouvel an dans l’attente des moyens de transport ne sont plus visibles.  « Je fais plus de 30 min au parking pour trouver des clients. Mon taxi traîne à être rempli, puisqu’il n’y a pas assez de gens aux arrêts de bus »,  s’est plaint Hervé Kabua, chauffeur de taxi. 

Cette rareté des passagers a entrainé la baisse du prix de transport en commun qui avait connu ces derniers temps une majoration exagérée de la part des conducteurs. Les embouteillages qui s’observaient sur la plupart des artères  de la capitale ont totalement cédé la place à la fluidité du trafic.

« J’ai payé de quartier 1 à N’djili jusqu’au centre-ville 1.500 CDF alors que la veille des fêtes, cela nageait au-delà de 2.000 CDF. La circulation est fluide, il n’y a pas d’embouteillages, sauf que nous avons un peu trainé puisque le chauffeur cherchait les clients à embarquer », a indiqué un passager.

L’essentiel des passagers embarqués dans le bus, se trouvent être des travailleurs, contrairement la veille de fête de nouvel an où plusieurs personnes, notamment des commerçants, des parents, des enfants et autres, prenaient les bus pour le centre-ville afin d’effectuer des achats.

« Je me suis efforcé pour me rendre au bureau parce que pour nous, le 2ème  jour de l’année n’est pas déclaré férié. Donc, nous n’avons pas le choix »,  a déclaré Polydor Masiala, agent d’un service public.

Cette timide reprise des activités a également été observée à travers les bureaux de change et les institutions bancaires. Les files d’attente d’il y a une dizaine de jours appartiennent désormais au passé. La plupart des guichets sont restés vides. Même les cambistes qui trainent souvent dans les coins des avenues les plus fréquentées ont eu du mal à recevoir de la clientèle.

Situation quasi similaire dans la plupart des marchés municipaux où des tables d’étalages sont restées sans marchandises habituelles et orphelines de leurs propriétaires. Les abords des avenues ainsi que les trottoirs généralement envahis par des étalages qui perturbent parfois le trafic n’ont pas été visibles.    

A la cité, des buvettes ont cependant continué à recevoir du monde. L’ambiance festive de la soirée du 1er janvier s’est prolongée jusqu’au matin du mardi 2 janvier 2024. Plusieurs  jeunes, âgés de 20 à 25 ans pour la plupart, ont passé une nuit blanche dans les débits de boissons.  ACP/Kayu

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet