« L’usage des taxis-motos permet de contourner les embouteillages à Kinshasa »(Président des motocyclistes)


Kinshasa, 17 février 2024(ACP).- L’usage des taxis-motos permet de contourner les embouteillages dans la ville de Kinshasa, en République démocratique du Congo, a rappelé vendredi, le président de l’Association des motocyclistes intègres du Congo (Amico), en réaction à l’interdiction de ces engins à Gombe, au cours d’un entretien.

«L’utilisation des taxis motos dans la commune de Gombe permet de contourner les récurrents embouteillages qui sont d’ailleurs à la base de l’arrivée tardive au lieu de travail. Je regrette la prise de cette mesure au moment où les motocyclistes représentent une solution rapide aux bouchons sur les principales artères du centre-ville », a déclaré Jérémie Kabongo, président de l’Association des motocyclistes intègres du Congo (Amico).

Pour lui, cette interdiction est une « décision arbitraire qui ne se fonde sur aucune loi du pays ». M. Kabongo a plutôt recommandé aux autorités de fournir des efforts allant dans le sens de trouver une solution aux embouteillages qui n’épargnent aucune route de la ville de Kinshasa.

 Réagissant sur l’aspect sécuritaire que les autorités ont brandi pour justifier la prise de cette mesure, le président des motocyclistes a émis le vœu de voir toutes les communes de Kinshasa bénéficier de la même attention sur le plan de la sécurité.

 « Sécuriser Gombe parce qu’elle abrite les sièges des institutions et les ambassades est une bonne chose. Mais il faut savoir que la population qui habite les autres communes a besoin de la sécurité parce qu’elle est victime du banditisme urbain ». Plusieurs motocyclistes ont également réagi à cette interdiction. Parmi eux, Kolo Kalombo.

 Pour lui: « Cette décision est trop dure pour toits ceux qui font le taxi moto. La plupart sont des parents. C’est un manque à gagner pour eux, parce que chaque itinéraire a un coup. Ceux qui exploitent la commune de Gombe auront des difficultés pour bien travailler ».

Même son de cloche pour Valérie Nsimba, propriétaire d’une moto affectée aux courses privées. «Interdire l’usage de la moto comme moyen de transport à Gombe est un coup dur pour nous qui nous en servons afin d’éviter les embouteillages. Cela nous cause beaucoup de tort. Les autorités feraient mieux de revoir leur décision », a-t-il affirmé.

Interdiction de circulation des motos à Gombe : une mesure qui souffre d’application

La mesure « d’interdiction formelle des moto-taxis d’accéder à la commune de Gombe », souffre d’application depuis son entrée en vigueur mardi 13 février dernier. Ces moyens de transports sont encore visibles non loin de l’hôtel de ville de Kinshasa, ainsi que sur le boulevard du 30 juin à certaines heures de la journée.

Il est temps d’arrêter et de laisser les choses marcher normalement parce que plusieurs personnes ont le droit de travailler, de la gare centrale jusqu’à l’arrêt Socimat, en passant par les avenues de Huileries, Libération, la place Royal et Batetela, les moto-taxis circulent, échappant à la vigilance des éléments de la police. Certains parmi eux empruntent des routes secondaires pour déposer et récupérer leurs potentiels clients.

Un dispositif sécuritaire a été mis en place pour empêcher les motos qui viennent de Kintambo d’accéder à la commune de Gombe en passant sur le boulevard du 30 juin.

Les motocyclistes apaisés après leur rencontre avec le représentant du vice-Premier ministre de l’Intérieur

Regroupés au sein de leurs différentes associations, les conducteurs de motos ont rencontré, jeudi, le directeur de Cabinet adjoint du Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières en rapport avec  l’interdiction de circulation des motos taxis au Centre-ville et pour solliciter la libération des motocyclistes qui ont été appréhendés depuis la mise en application de cette mesure.

Tenant au respect  de l’autorité de l’Etat, Maître Ivan Kazadi, a exhorté ses interlocuteurs à respecter cette décision et à ne pas s’affronter avec les forces de la police qui a reçu la mission de faire respecter ladite mesure.

« La décision d’interdiction des moto-taxis d’accéder à la commune de Gombe ne date pas d’hier, en tant que président des différentes associations, vous devez leur faire comprendre  à vos membres qu’il ne s’agit pas de la tracasserie comme l’interpréteraient certains parmi eux, mais plutôt du simple renforcement d’une mesure déjà existante », a fait savoir Ivan Kazadi.

Les représentants des différentes associations des motocyclistes ont appelé les conducteurs de motos taxis au strict respect de cette mesure, avant de solliciter la libération de tous les chauffeurs de taxis-motos appréhendés dans la commune de Gombe, depuis l’application de cette mesure.

 La mesure portant une nouvelle interdiction de l’usage des taxis-motos dans la commune de Gombe, Nord de Kinshasa, a été prise mardi à l’issue d’une réunion présidée par le vice-Premier ministre de l’Intérieur avec la participation du commissaire provincial de la police nationale ville de Kinshasa.

 Son application a entraîné la saisie de 160 motos. Cette interdiction de circulation des taxi-motos au centre-ville de Kinshasa est la troisième après celles de 2019 et de 2023. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet