Une femme enceinte non traitée peut transmettre les maladies dentaires au fœtus (Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes)

Kinshasa, 20 mars 2024 (ACP).- Une femme enceinte non prise en charge risque de transmettre les bactéries responsables de la carie dentaire et d’autres maladies bucco-dentaires à l’enfant qu’elle porte pendant la grossesse ou même après l’accouchement, a appris mercredi l’ACP de source sanitaire à Kinshasa en RDC.

« Il y a risque pour une femme enceinte non prise en charge de transmettre les bactéries responsables de la carie dentaire et d’autres maladies buccales à son enfant pendant la grossesse ou même après l’accouchement. Les hormones se multiplient dans l’organisme pendant la grossesse, beaucoup plus dans la sphère buccale, tout en favorisant la prolifération des infections », a déclaré le Dr Augustin Mpambi Etshindo, vice-président du Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes de la RDC, à l’occasion de la Journée mondiale de la santé bucco-dentaire célébrée le 20 mars de chaque année.

Il a fait savoir que les nausées matinales peuvent également exposer les dents de la mère à l’acide gastrite et affaiblir la surface dentaire, raison pour laquelle la carie dentaire est fréquente chez les femmes enceintes.

Face à cette situation, il est nécessaire d’introduire les soins dentaires dans le Programme de gratuité de la maternité dans le cadre de la couverture santé universelle, a plaidé le vice-président du Conseil national de l’ordre des chirurgiens-dentistes de la RDC.

Par ailleurs, il a recommandé à la population notamment de se faire consulter chez un chirurgien-dentiste, d’avoir une alimentation saine (riche en fruits et légumes, pauvre en sel et en sucre) ainsi qu’un contrôle régulier chez le spécialiste (au moins deux fois par an), de brosser les dents (matin et soir) avec une pâte dentifrice au fluor pour prévenir les maladies bucco-dentaires.

Cette journée vise à sensibiliser la population à la prévention et l’appeler à ne se faire consulter qu’auprès d’un spécialiste afin de bénéficier d’une bonne prise en charge.

« La santé bucco-dentaire est le fondement de notre vie. Elle nous permet de manger, de respirer et de parler. C’est pourquoi la consultation parallèle ou traditionnelle est très proscrite pour éviter des complications », a renchéri le Dr Mpambi qui est également médecin à l’hôpital général de référence de Kintambo à Kinshasa.

Il a cité les maladies bucco-dentaires les plus courantes qui sont la carie dentaire, la maladie parodontale (au niveau des gencives), le cancer de la bouche, les traumatismes oraux-faciaux, les manifestations buccales de l’infection à VIH, les malformations congénitales, le Noma, les tartres, la mauvaise haleine et le saignement. ACP/KHM/KKP

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet