Le développement des 145 territoires au centre d’un Symposium sur la langue maternelle


Kinshasa, 22 février 2024(ACP).-Le programme de développement local des 145 territoires de la RDC (RDC), est placé au centre des échanges de la 3ème édition du symposium de la langue maternelle, ouverte mercredi dans la commune de Gombe (nord de Kinshasa), à l’occasion de la journée internationale dédiée à la langue natale.

« La  thématique de cette édition s’inscrit dans un encrage national à savoir : l’éducation multilingue basée sur la langue maternelle, pilier d’apprentissage dans le programme de développement des 145 territoires, étant pris comme point de départ de ces travaux »,  a déclaré Mireille kasongo, coordonnatrice de l’asbl, « Yes African ».

« Nous voyons donc dans ce programme de développement local, une opportunité de concrétiser notre plaidoyer de développement par le savoir et savoir-faire au travers de la langue maternelle », a-t-il ajouté.
De son côté, le chargé du programme de communication de l’Unesco, Augustin  Bikale est revenu sur le lien existant entre le thème général de l’année au niveau de cette organisation internationale et celui contextualisé au regard du symposium dans le cadre des réalisations du programme des territoires locaux en RDC.

« La réflexion que nous allons mettre, contribue effectivement à l’amélioration de l’appropriation de ce vaste programme chez les différentes communautés », a-t-il indiqué.

A l’en croire, l’apprentissage dans la langue maternelle facilite de comprendre directement la totalité des connaissances qui sont transmises plutôt que le choc émotionnel qu’on a de découvrir une nouvelle langue et matière en même temps nouvelle.


« Quand on met en place un programme de développement local, ce dernier est destiné aux communautés locales et celles-ci doivent être considérées non seulement en tant que réceptrices de ce qui est apporté mais elles ont aussi le droit de comprendre la nécessité et l’utilité de ce qui est à leur bénéfice en vue de les faire tous participer dans ce programme », a expliqué Augustin Bikale.

Appel à la reconnaissance du potentiel de l’éducation multilingue


Un appel pour que le potentiel de l’éducation multilingue soit reconnu dans tous les systèmes éducatif, administratif, expressions culturelles et aussi dans les médias y compris le cyberespace, a été lancé par le représentant des pays de l’Unesco, à cette occasion.


« Plus nous saurons favoriser ces langues, plus nous aurons un outil pour construire un avenir de dignité pour tous. Valoriser ces systèmes d’expression permet d’élargir l’éventail des futurs possibles et de renforcer les énergies nécessaires pour afin d’y parvenir »,  a plaidé Patrick Balelo.
« Cette journée est une occasion de rappeler l’engagement d’entrevoir la diversité linguistique, mais également l’occasion de reconnaître le rôle crucial que joue la langue maternelle pour garantir une éducation de qualité, inclusive et un développement durable. L’éducation multilingue basée sur la langue maternelle joue un rôle clé pour favoriser le respect de la diversité et le sentiment d’interconnexion entre les pays et les populations ».

Ce troisième colloque de « Yes African » pour soutenir les efforts consentis au niveau du ministère de l’EPST mais  aussi faciliter la question d’accès à l’éducation pour tous qui, selon la structure mérite une attention particulière comme étant le fondement du développement, se tient pendant deux jours afin d’en ressortir de nouvelles pistes de solutions et propositions.

La première édition de ce symposium a consacré ses réflexions sur l’obtention  des personnes, ressources et Pratiques pour l’enseignement multilingue basée sur les langues nationales.
La deuxième édition quant à elle, était basée sur les chances de l’éducation multilingue basée sur la langue de naissance.

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet