JIF 2024 : la paix, seul message pour les Congolaises

(Une tribune de Mme Jolie-Rebecca Tshidibi)

Kinshasa, 03 Mars 2024 (ACP).- Il est temps que la communauté congolaise prenne conscience que la paix et la sécurité constituent des facteurs incontournables du développement économique en République démocratique du Congo(RDC).  Il est bien évident que depuis le début du mois de février 2024, la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC  est devenue plus instable et imprévisible. 

Les combats s’intensifient entre les Forces armées de la RDC (FARDC) et le groupe terroriste du M23 appuyé par l’armée rwandaise, dans la province du Nord-Kivu. Ce conflit armé a fait des centaines de milliers de victimes, et des milliers de  déplacés. Par ailleurs, des chiffres publiés cette année par l’ONU indiquent que le conflit dans l’Est de la RDC a causé le déplacement de 5,3 millions de personnes dont plus de 800.000 ont été  forcées de fuir leurs foyers depuis le début de la résurgence de la crise du M23.

Beaucoup d’atrocités ont été commises dans cette guerre et le plus souvent les femmes, les  jeunes et les enfants en sont  victimes. La situation sécuritaire dans cette partie du territoire national inquiète toutes les populations de la RDC, et le gouvernement s’évertue à prendre des dispositions en vue de résorber cette crise et mettre un terme à cette guerre qui n’a que trop duré.       

La ministre du Genre, Famille et Enfant, Mireille Masangu Bibi  Muloko, en tant que mère et femme, n’est pas restée indifférente à cette situation. Elle a lancé un appel à  la communauté congolaise, plus particulièrement aux femmes et aux  jeunes, à célébrer la Journée internationale des droits des femmes (JIF 2024) dans une attitude de tristesse et de compassion, en s’habillant en noir, et en tenant une bougie à la  main, en vue de témoigner leur solidarité aux compatriotes qui vivent dans la partie Est de la République démocratique du Congo.                                                    

Le thème national de la JIF 2024 en RDC est : « Accroître les ressources nécessaires en faveur des femmes et des filles dans la paix pour un Congo paritaire ». La femme qui est censée se lever très tôt, aller au champ,  vit dans un environnement qui n’a ni  paix, ni sécurité. Un message fort a été lancé à la communauté internationale pour faire entendre le cri de la femme violée, torturée, brûlée et tuée. Elle en a marre de souffrir. Le seul message qu’elle veut entendre est celui de la « Paix » et rien d’autre. Ce conflit engendré par le Rwanda, sous couvert du M23 n’est qu’un épisode de plus dans la longue série des guerres qui ont ensanglantées  l’Est de la RDC, dans les provinces de l’Ituri, des Nord et Sud Kivu, depuis celle de 1996-1997.

Les ressources minières dont regorgent ces entités ont longtemps été la source des conflits entre les différents groupes armés qui s’en  disputent le contrôle, malgré la pression internationale et les accords visant à rétablir la paix. ACP/C.L.

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet