Kinshasa : installation des mécanismes de lutte contre l’exploitation  d’abus et de harcèlement sexuel

Kinshasa, 03 Mars 2024 (ACP).- Le mécanisme de gestion des plaintes et de lutte contre l’exploitation  d’abus et de harcèlement sexuel, a été installé samedi, à l’issue d’un atelier organisé à Kinshasa en République démocratique du Congo (RDC).

« Ce mécanisme de gestion des plaintes et de lutte contre l’exploitation d’abus et de harcèlement sexuel que nous venons d’installer, c’est par rapport à la mise en œuvre du projet       » Transforme » », a déclaré Mimie Eyima, chef d’Antenne   de ce projet ’Transforme’’ à Kinshasa.

« Pendant la mise en œuvre de ce  projet, il va se passer beaucoup des choses, c’est une façon pour nous de prévenir ce qui pourrait arriver après ou pendant son exécution. C’est-à-dire aussi,  préparer toutes les personnes qui entreront en contact avec le projet ’’Transforme’’ afin qu’elles sachent que lorsqu’il y a, un problème, comment elles devront s’y prendre, et,  comment nous allons résoudre tout ce qui pourrait arriver comme situation difficile ou compliquée », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Samuel II Begaa Gendjogi,  spécialiste en sauvegarde sociale au sein du comité de coordination de projet ‘’Transforme’’, a expliqué que le mécanisme de gestion des plaintes du projet Transforme a pour objectif de s’assurer que les préoccupations plaintes venant des communautés ou autres parties prenantes soient promptement reçues et traités dans le but détecter les causes et prendre des actions appropriés au cas par cas afin d’éviter une aggravation qui iraient au-delà du contrôle du projet.

«  Effectivement aujourd’hui, c’est pour rendre opérationnel les mécanismes de gestion des plaintes élaborés par ce projet, valider par la Banque mondiale et publier  dans le site du gouvernement congolais et celui de la Banque qui nous a donné de la force pour installer ce comité de gestion des plaintes pour prévenir les impacts tant négatif que positif de l’environnement », a-t-il renchéri.

M Gendjogi  a fait savoir que le ministère des petites et moyennes entreprises estime  que la mise en œuvre de son projet « Transforme » pourrait impacter aussi négativement l’environnement. C’est dans ce cadre qu’il a créé un mécanisme de gestion des plaintes des populations qui seront lésées. Ce mécanisme est géré par des comités, qui sont en train d’être installés à travers le pays. 

Ce comité aura pour tâche de traiter les différentes plaintes  enregistrées par les parties prenantes et trouver dans un premier temps les solutions à l’amiable avant d’y arriver au niveau des instances judiciaires.

Il sied de signaler que ce comité était composé d’un représentant du ministère des PME, un représentant du projet ‘’Transforme’’,  des bourgmestres  et des chefs des quartiers,  la société civile. Les  douze communes ciblées à savoir: Lemba, Limete, Kinsenso, Masina, N’sele, Selembao, Kimbaseke, Kasa-Vubu, Makala, Mont-Ngafula, Kitambo et Lingwala, avant de préciser que pour la province de la ville de Kinshasa, 12 comités issus de quatre districts à savoir ; Mont Amba, Funa, Lukunga et  Tshangu ont été installés, et ils auront comme tâche d’enregistrer les plaintes dans les communes.

Rappelons que c’est un projet mis en place par le gouvernement congolais pour accompagner et soutenir le domaine de l’entrepreneuriat en RDC est financé par la Banque mondiale.

ACP/C.L.

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet