Combats dans l’Est : récupérer  les territoires occupés, question existentielle pour l’Armée nationale(Porte-parole militaire)

Kinshasa, 07 février 2024 (ACP).- Des combats sont en cours autour de la localité de Shasha et du contrôle de la Route nationale 2 (RN2)  Sake au Nord-Kivu et Minova au Sud-Kivu dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), a indiqué mardi, le Porte-parole militaire de l’armée congolaise, qui faisait  dans un briefing avec la presse, le point de la situation militaire sur le terrain des opérations.
« La violence des combats démontre la détermination  de l’armée pour mettre hors d’état de nuire l’ennemi  et récupérer les territoires occupés (…) pour les FARDC c’est une question existentielle », a déclaré le général Ekenge, Porte-parole militaire.
Le général-major Sylvain Ekenge a précisé lors ce briefing axé sur la « Situation sécuritaire dans l’Est de la RDC : Mesures prises par le Conseil supérieur de la défense » que sur le terrain,  des combats intenses font rage pour le contrôle de l’axe routier Sake-Minova. Dans le même temps, les FARDC contrôlent Kiroshwe alors que la bataille est concentrée dans les hauteurs de Shasha. Au niveau de Masisi et Rutshuru, soulignant que des frappes de l’armée loyaliste ont causé beaucoup de dégâts dans le camp de l’ennemi.
Le Porte-parole des Forces armées de la République démocratique du Congo a loué la détermination de nos soldats au front, avant  de rassurer que des moyens ont été mis en place pour relever ce défi.
« Tout est mis en œuvre pour que ce grand défi soit relevé. Le Rwanda s’est préparé depuis des années pour nous agresser, en réponse nous aussi, nous nous préparons. Le commandant suprême et le gouvernement de la République n’ont pas lésiné sur les moyens », a-t-il dit.
Il a, par ailleurs,  appelé les populations de l’Est du pays à l’apaisement. « Nous saisissons cette occasion pour apaiser les esprits et rassurer nos populations du Nord-Kivu et des environs. Les FARDC sont obligées de se battre jusqu’à la dernière goutte de sang, elles sont obligées de réussir. C’est une question existentielle, on ne peut pas se permettre de baisser pavillon, sinon le Congo n’existera pas », a réaffirmé le général Ekenge.

Gare à la manipulation et la désinformation


Il a fustigé la manipulation  et la désinformation véhiculées  dans les réseaux sociaux en cette période d’agression par l’ennemi, appelant ainsi les médias congolais à accompagner l’armée loyaliste.
« Cette guerre n’est pas que celle des armes, il y a la désinformation. C’est aussi une guerre immatérielle. Nous en tant qu’armée, nous vous demandons de nous accompagner comme vous savez le faire pour ne pas préparer le lit de l’ennemi.
Il faudrait que nous puissions faire attention aux informations qui circulent
 », a-t-il prévenu.
Prenant  la parole à son tour, Patrick Muyaya, ministre de la Communication et médias,  porte-parole du gouvernement,  a exhorté la population congolaise au devoir patriotique en cette période d’agression.
« Il faut qu’on reste vigilants et qu’aucun centimètre de notre territoire ne puisse être cédé à l’ennemi », a-t-il martelé.
Il a également dénoncé la machine de la manipulation qui tourne en plein régime faisant partie de la stratégie de l’ennemi.
« Dans notre tradition, nous voulons communiquer sur la vérité pour que le peuple congolais puisse être édifié. Nous comptons beaucoup sur les médias pour être sûrs que nous relayons de bonnes informations et que grâce à certains d’entre vous, nous pouvons faire rapidement le fact-checking, casser tout ce qui est manipulation, diffamation et mensonge dilués par l’ennemi », a dit le ministre. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet