Consolider les acquis de la paix sous l’état de siège, une opportunité à saisir

(Jean Anaclet Muhemedi)

Kinshasa, 10 janvier 2024 (ACP).- Décrété depuis le 6 mai 2021 par le Président de la République démocratique du Congo (RDC), l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et Nord-Kivu, a été à maintes reprises prorogé.  A l’heure qu’il est, il n’y a pas d’autres alternatives pour ramener la paix dans les deux provinces meurtries, a soutenu un membre de la société civile du Nord-Kivu approché par l’ACP. L’état de siège a permis de remplacer les autorités civiles dans ces deux provinces par une administration militaire et policière afin de lutter contre les groupes armés qui pillent et tuent dans le nord-est du pays et particulièrement les terroristes ougandais de l’ADF.

Bilan fructueux

Le bilan à mi-parcours est fructueux comme l’avait si bien signalé le Chef de l’Etat à la dernière Conférence des gouverneurs tenue à Kinshasa : « Plusieurs localités jadis sous l’emprise des groupes armés ont été reconquises par les Forces armées de la République  démocratique du Congo (FARDC) dans les territoires de Djugu et d’Irumu, leurs bastions entièrement détruits ».

A cela, Félix Tshisekedi  avait ajouté « la réhabilitation des  tronçons routiers en dégradation totale ainsi que l’aménagement des  infrastructures étatiques et hospitalières », à la grande satisfaction des populations. La plupart de déplacés internes ont regagné leurs milieux respectifs et repris leurs activités de routine.

Voilà pourquoi la décision d’imposer l’état de siège dans ces deux provinces mérite d’être soutenue par toutes les couches de la population congolaise. Ce qui est en soi un acte de civisme et de patriotisme, mieux, la  preuve d’un soutien sans faille à l’armée nationale.

Nombreux observateurs en Ituri, comme au Nord-Kivu estiment que ce soutien devrait se manifester par  le recrutement d’un nombre important des jeunes de leurs provinces dans les forces de défense et de sécurité de la République. 

Grâce à l’état de siège, le processus électoral s’est déroulé en toute quiétude  dans cette partie du pays en proie aux exactions des groupes rebelles nationaux (CODECO, Zaïre, FRPI,…) et étrangers (ADF, FDLR) en plus du M23 soutenu par le Rwanda.

De l’enrôlement des électeurs aux scrutins proprement dits, en passant par la campagne électorale,  les opérations se sont déroulées en toute quiétude. Il y a eu donc plus de peur que de mal.

Pour preuve, les candidats venus de tous les coins et recoins de la RDC ont battu campagne partout sans difficultés, même dans les zones insécurisées et réputées inaccessibles des deux entités précitées. Le projet de 145 territoires en termes d’infrastructures sociales de base est une réalité vécue en Ituri placé en tête des entités provinciales bénéficiaires desdites réalisations. Par ailleurs, des bâtiments administratifs modernes sont   en construction sous l’impulsion du gouverneur militaire, le Lt général Johnny Luboya. L’heure est à la consolidation des acquis de l’état de siège dans les deux provinces meurtries,  la paix étant  le socle de tout développement. ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet