RDC : appel à conscientiser les décideurs politiques sur une redistribution du revenu national 

Kinshasa, 16 mars 2024 (ACP).- Les élites en République démocratique du Congo (RDC) ont été appelées, lors d’un entretien samedi à Kinshasa, à conscientiser les décideurs politiques sur une redistribution équitable du revenu national.

« Une campagne décisive de sensibilisation et de conscientisation bien organisée par 20 % d’élites intellectuelles et politiques, et menée pacifiquement et volontairement avec efficacité et efficience, peut largement contribuer au changement et à l’innovation de la gouvernance publique en matière de redistribution équitable de rémunération et autres ressources budgétaires », a déclaré Roger Kibasomba, professeur à l’Université de Kinshasa (Unikin).

« Faisons notre part,  qui est la conscientisation des décideurs  au niveau du gouvernement et du Parlement, sur l’inconstitutionnalité des émoluments gourmands et sur le devoir civique, patriotique et constitutionnel d’assurer une redistribution équilibrée des ressources budgétaires conformément à la loi fondamentale », a-t-il ajouté.

Ce professeur de l’Unikin a estimé, en outre, que « les messages et actions persuasifs de 20 % d’élites pourront probablement se solder sur la réduction de 50 à 80 % des émoluments et salaires des députés, sénateurs, ministres et autres hauts dignitaires ». « Encore faut-il que les gains soient réinvestis dans le paiement des salaires et avantages sociaux des agents et fonctionnaires de l’Etat qui travaillent effectivement et efficacement pour le compte de la population et de l’Etat », a-t-il souligné.

L’IGF invité à « aider à dissiper le risque de détournement »

Par ailleurs, le Pr Kibasomba a invité l’Inspection générale des Finances (IGF) à « aider à dissiper le risque de détournement de ces gains » en taclant les ordonnateurs et comptables publics à tous les niveaux.

« Dans notre secteur de l’enseignement supérieur, il nous faudra commencer par informer et conscientiser les chefs d’établissements et les administrateurs du budget sur leur rôle d’ordonnateur et comptable public des budgets annexes du budget général de l’Etat. Ce rôle est ignoré par la quasi-totalité des recteurs, directeurs généraux et administrateurs de budget de l’ESU »,  a soutenu Roger Kibasomba.

« Les autres membres des comités de gestion, les autorités décanales (doyens, chefs de section, chefs de département) ont la mission institutionnelle, l’obligation professionnelle et la responsabilité administrative pénale d’assurer l’orthodoxie de la gestion budgétaire et comptable des finances publiques des établissements publics, y compris les gains qui résultent de la redistribution des émoluments et salaires des députés, sénateurs, ministres et autres dignitaires », a encore dit le professeur ordinaire à l’Unikin.

Enfin, pour Roger Kibasomba, « la réorientation et la reconversion des services publics congolais vers l’intérêt général et national, conformément aux dispositions légales et réglementaires disponibles, régleraient à 80 % l’ensemble des problèmes de corruption, rémunération et tribalisme en RDC ».

ACP/KHM/KKP

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet