Université de Kinshasa : une thèse sur l’impact de la radioactivité cumulée sur les  fumeurs

Kinshasa, 11 avril 2024 (ACP).- La protection et la promotion de la santé des fumeurs et de la population de la République démocratique du Congo exposée à la fumée des cigarettes  a fait l’objet d’une thèse de doctorat jeudi à  l’Université de Kinshasa, en République démocratique du Congo, a constaté l’ACP.

« Cette thèse de doctorat intitulée +Evaluation de l’impact de la radioactivité cumulée et de la nicotine sur l’organisme des fumeurs des cigarettes Tumbaco légère, Ambassade, Equateur et Master vendues à Kinshasa + vise  à protéger et à promouvoir la santé des fumeurs et de la population congolaise », a indiqué le chef de travaux Léonard Woto, auteur de cette dissertation doctorale.

« Pour réaliser cette recherche, outre les données secondaires sur la radioactivité et la radiotoxicité cumulées et la nicotine du tabac, la démarche a consisté à déterminer la quantité des particules alpha, béta et la concentration de la nicotine contenues dans les cigarettes tumbaco légère, ambassade, équateur et master », a -t-il expliqué

Les résultats obtenus par cet enseignant du Département des sciences et gestion de l’environnement ont révélé que « le danger des effets probabilistes au niveau de la population fumeuse est plus élevé par rapport aux personnes sous rayonnements ionisants ».

Le chef de travaux Léonard Woto a fait savoir que l’enquête qu’il a menée à Kinshasa sur le nombre et tiges des cigarettes consommés par jour, a porté sur 189 fumeurs dont 155 hommes et 34 femmes avec l’âge moyen de 36 ans et l’âge minimal de 15 ans.

Prévenir l’usage du tabagisme

Pour faire face à la problématique du tabagisme, le chef de travaux a suggéré au gouvernement congolais d’ « adopter une stratégie intégrée pour prévenir l’usage du tabac, de promouvoir l’abandon et de protéger les non-fumeurs de la fumée de tabac dans l’environnement ».

Le gouvernement congolais, selon ce doctorant, pourrait mettre également en œuvre les politiques Spomfa (Mpower) définies en 2007 par la convention de l’OMS de la lutte antitabac, qui se reflètent dans le rapport de l’OMS une épidémie mondiale de tabagisme en 2021 avec six mesures.

Il s’agit notamment  de surveiller la consommation de tabac et les politiques de prévention, de protéger la population contre la fumée de tabac, et d’offrir une aide à ceux qui veulent renoncer au tabac.

Le tabac, selon lui, est à la base de plusieurs maladies dans le monde notamment le cancer, les maladies cardiovasculaires, des lésions, des accidents cardiovasculaires, des effets hétérogènes.

Les professeurs Dieudonné Musibono et Pius Mpiana Tshimankinda ont été respectivement promoteur et co-promoteur.

L’administrateur du budget, le Pr Jean Kigotshi Kasereka qui a présidé cette séance académique au nom du recteur, a conféré au candidat le grade de docteur en sciences avec la mention « grande distinction ».

ACP/

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet