Kasaï-Oriental : les difficultés de la REGIDESO à desservir l’eau dans la ville de Mbujimayi

Mbujimayi, 20 février 2024 (ACP).- Les difficultés de la REGIDSO SA à desservir la population de la ville de Mbujimayi, chef-lieu du Kasaï-Oriental (centre de la République démocratique du Congo) en eau potable, ont été expliquées à la gouverneure de province ad intérim par le directeur régional de cette entreprise publique, au cours d’une visite effectuée par l’autorité provinciale suite à la pénurie d’eau constatée depuis plus d’une semaine, a appris mardi  l’ACP d’une source administrative.

Selon Didier Mbudi Lelo, directeur régional de la Regideso dans l’espace grand Kasaï, le problème d’eau à Mbuji-Mayi a deux causes spécialement, la vétusté des matériels et l’absence de l’énergie électrique.  » Parmi les problèmes majeurs qui préoccupent notre province actuellement dans la fourniture de l’eau potable à la population de la ville de Mbujimayi où cette denrée coule difficilement aux robinets, figure la vétusté des matériels. Mais grâce au concours du Chef de l’État et de son gouvernement, il y a la BAD qui a financé le lot 1 qui est terminé. D’ailleurs, ici nous sommes en face de la nouvelle station où il y a neuf nouveaux groupes moto pompes qui ne fonctionnent pas faute d’énergie et qui attend le lot 2. Nous avons eu deux châteaux d’eau que vous voyez en arrière-plan, 195 Km de conduites, une station MTBT là où nous recevons 15 KV qu’on transforme en 400 V. Nous avons aussi une station de traitement avec l’injection automatique de chlore « , a dit le directeur provincial de la REGIDESO. 

 » L’autre lot qui est financé par la KFW est en cours de réalisation et va s’occuper de la réhabilitation du captage de Lukelenge d’où vient l’eau, avec les équipements électromécaniques et les transformateurs qui sont déjà ici. Ce lot 2 est aussi en train de construire deux châteaux d’eau sur l’avenue Cilomba et un réservoir dans la commune de Bipemba », a ajouté le directeur Mbudi.

Le manque de l’énergie électrique

Un autre problème récurrent évoqué par le directeur de la REGIDESO dans la desserte en eau potable au chef-lieu de la province du Kasaï Oriental, est celui de l’absence du courant électrique dont les coupures sont monnaies courantes.

 » L’autre problème de Mbuji-Mayi qui est récurrent, c’est l’énergie. Donc si dans la ville on remarque qu’il y a problème de courant, sachez que nous aussi nous sommes victimes « , a fait remarquer le directeur régional qui précise que son entreprise a deux groupes électrogènes pour palier à la difficulté, mais qui sont malheureusement en panne. 

 » Nous avons deux groupes électrogènes à Lukelenge de 1000 KVA chacun, ça fait 180 litres de gasoil à consommer par heure. Et celui de 400 KVA qui consomme 104 litres par heure. Nous avons aussi le nouveau groupe électrogène de 500 KVA qui va être bientôt installé « , a-t-il précisé annonçant l’arrivée imminente à Mbuji-Mayi d’une équipe des techniciens en provenance de Kinshasa.

Le directeur Mbudi a également déclaré que l’équipe des techniciens attendus emmène aussi un roulement dans sa gibecière, pour aider à la bonne couverture des besoins de la ville dans la zone d’influence comme dans la partie haute. En attendant, voici comment se présente l’horaire de desserte selon les zones d’influence de la ville de Mbuji-Mayi : lundi : commune de Diulu, mardi : Bipemba, mercredi : Zone SNEL, jeudi : Kanshi ; vendredi : Diulu ; samedi : Bipemba et dimanche : Kanshi. 

Un bidon d’eau de 20 litres s’est vendu jusqu’à 1.000 voire 1.500 FC dans certains quartiers de la ville diamantifère qui fait actuellement face à un délestage suite à une panne survenue sur la centrale hydroélectrique de Tshiala et une vague de chaleur inimaginable. Il sied de signaler que le week-end dernier, une pluie providentielle est tombée pour donner de l’eau aux ménagers.  ACP/Kayu

Fil d'actualités

Bendélé Ekweya té

Pas un centimêtre 1Cm

Tous unis derrière nos forces armées

Sur le même sujet